Serge Thomas de nouveau vainqueur d’une édition mouvementée

Photo © Christophe Chaine

 

L’équipe de Bournezeau Sports Mécanique avait décidé d’innover cette année en ajoutant des séances d’essais libres le samedi après-midi. Pari réussi avec plus de 80 engagés, chiffre largement supérieur aux précédentes éditions. Ils seront finalement 77 à prendre part à la course, avec en particulier les 3 pilotes sur le podium de l’édition précédente : Serge Thomas et sa Norma M20 F, Julien Bost qui découvre sa nouvelle Dallara F300, et Christopher Lecarpentier également pilote d’un Norma M20 F. Les essais du samedi permettaient donc à chacun de découvrir ou se remettre en mémoire le tracé vendéen.

 

 

Après une nouvelle séance d’entrainement dimanche matin, les essais chronométrés devaient permettre d’établir une première hiérarchie. Déjà les titulaires du podium 2013 reprennent leurs positions dans le même ordre. Mais les écarts sont réduits et les poursuivants sont très proches. Anthony Le Beller (Norma M20 F) qui découvre le parcours, et le spectaculaire Fabrice Gallo (Dallara 392) sont ainsi dans la même seconde que le leader. Surprise dans le groupe FC puisque Romain Richardeau et sa Simca Rallye 3 1300 cm3 précède l’autre Simca, 2 litres celle-là, de Mathieu Nouet. Les 2 hommes précèdent le leader du groupe F2000, Laurent Etié et sa Peugeot 306 particulièrement en forme. Dans ce groupe, Christian Boullanger (Clio RS) et Bernard Morilleau (BMW 318 TI) sont en embuscade, alors que Patrick Ramus (Clio Williams) n’a pu défendre ses chances en proie à des problèmes mécaniques. Le groupe A est déjà dominé par la Ford Escort Cosworth de Norbert Lacellerie, alors que le groupe N est pour l’heure mené par le rallyman David Thomas.

 

Les choses sérieuses débutent avec la première manche, devant le très nombreux public. Le groupe F2000, premier dans l’ordre des départs, voit l’écart se resserrer entre les leaders. Morilleau prend la tête avec 10/100ème d’avance sur Etié et 12/100ème sur Boullenger. Les choses rentrent dans l’ordre en FC, avec Nouet devant Richardeau. En groupe N, la bagarre est toute aussi serrée qu’en F2000. Samuel Gibeaud (Clio Williams) prend la tête avec 23/100ème d’avance sur Michel Macquigneau (Clio Williams), 24/100ème sur Maxime Ramus (Clio Williams) et 27/100ème sur David Thomas. Chaud on vous dit ! C’est plus clair en groupe A, Norbert Lacellerie devançant son fils Laurent. Le groupe GTTS ne comprend que 2 autos, mais quelles autos ! Des Ginetta G50 Cup, monstres de plus de 300 Ch pour 900 kg. André Heinrich devance la féminine Alisson Hamelin. La tête de la course reste bien sur l’apanage des protos et formules. Vu le nombre de prétendants, la bagarre débute immédiatement et on s’approche déjà des chronos de 2013. Serge Thomas réalise le meilleur temps, mais de fort peu (8/100ème !) devant Julien Bost. Comme aux essais, Lecarpentier prend la 3ème place, alors que Sylvain Moyon (Dallara F300) se rapproche et devance maintenant Le Beller.

 

La 2ème montée voit la bagarre perdurer en groupe F2000. C’est d’abord Etié qui passe en tête, avant d’être battu par Ramus, puis par Morilleau qui prend finalement la tête. Pas de changement en FC, Nouet devance de nouveau Richardeau. Le groupe N est bouleversé, puisque Gibeaud se retrouve maintenant 4ème, devancé de quelques centièmes par Macquigneau, Ramus et Thomas. Pas de changement en groupe A, où l’Escort des Lacellerie reste dominatrice. Dans le groupe GTTS, Heinrich sort violemment de la piste peu avant l’arrivée, entrainant une première interruption de course le temps de remettre la piste en état. Hamelin en profite pour prendre la tête. Pour le scratch, le suspense reste entier. Lorsque Serge Thomas s’élance, les autres protos de Lecarpentier et Le Beller sont déjà en piste, mais les formules de Bost, Moyon ou Gallo sont encore en pré-grille. Au bout de la ligne droite du départ, le Norma du vainqueur 2013 tire tout droit à haute vitesse. Après quelques instants d’inquiétude et l’évacuation du pilote vers l’hôpital, on sera heureusement rapidement rassuré sur son état de santé. La course reprend avec les monoplaces parmi lesquelles seul Bost améliore son chrono, pour échouer à 1/100ème de Thomas.

 

Avec ses différents incidents, la course a pris beaucoup de retard, et décision est prise d’annuler la 3ème montée. Le classement est donc validé avec un podium identique à celui de 2013 : Thomas, Bost, Lecarpentier. Dans le groupe DE et la classe DE/3, Bost devance Moyon et Gallo. Patrick Pied (Martini MK58) remporte la classe DE/2. Dans le groupe CN et la classe CN/2, c’est le malheureux vainqueur qui l’emporte devant Lecarpentier et Le Beller. La classe CM est gagnée par la spectaculaire Jema de Cyrille Chupin. Alisson Hamelin remporte le groupe GTTS. Derrière l’Escort des Lacellerie, c’est Maxime Bineau sur la C2 S1600 du rallyman Cordillot qui prend la 3ème place du groupe A et remporte la classe A/2, devançant le leader de la A/3 Sylvain Henry (Clio Williams). Le groupe N est dominé par les Clio de la classe N3, Macquigneau étant le leader. La famille Loton (Honda Civic) truste le podium de la classe N2, Ferdinand étant le meilleur. Nouet est sans surprise le vainqueur du groupe FC et de la classe FC/3, son dauphin Richardeau dominant la FC/1. En F2000, Morilleau est le vainqueur, la classe F2000/1 revenant à Mathieu Compagnon (Peugeot 106) qui devance le vainqueur de la F2000/2, Jimmy Rousseau (Peugeot 106).